(Critique) Super 8 - J.J. Abrams : quand divertissant rime avec intelligent.

Publié le par Marine

L'été, c'est bien connu, est la saison des blockbusters. La saison parfois aussi, du vide cinématographique, les bons films sortant plutôt en rafales au printemps. Mais cette saison c'est différent, le cinéma hollywoodien nous en met plein la vue. 

 

http://3.bp.blogspot.com/-BEL6dQE4NkE/TdevEJCAk5I/AAAAAAAAAE8/mlC8CrIQ57E/s640/super-8-movie-photo-02.jpg

 

Attendu pour la réalisation de J.J.Abrams (Mission impossible 3, Star Trek) et la production de Spielberg, il était pourtant pour moi innatendu que Super 8 soit aussi bon. Ce vrai grand blockbuster américain, acclamé par les critiques, dépasse les grands succès américains des dernières années, la passion et la nostalgie écrasant largement la mégalomanie d'un Avatar

 

Synopsis : Été 1979, une petite ville de l’Ohio. Alors qu'ils tournent un film en super 8, un groupe d’adolescents est témoin d'une spectaculaire catastrophe ferroviaire. Ils ne tardent pas à comprendre qu'il ne s'agit pas d'un accident. Peu après, des disparitions étonnantes et des événements inexplicables se produisent en ville, et la police tente de découvrir la vérité… Une vérité qu’aucun d’entre eux n’aurait pu imaginer.

 

Super 8, ose tout, mélangeant le style fantastique, l'amour du cinéma et la nostalgie des Eighties, il jouit d'une excellente réalisation et production où la maitrise du style est indéniable. Intensité, suspens et action nous imprègnent dès les premières minutes... Très rapidement, il est facile de s'identifier à cette bande de gamins, amoureux du ciné, qui nous offre déjà un film dans le film. Car ce long-métrage, avec toute la maitrise qu'il possède, apparait tout de même comme l'hommage d'un gosse à ce qui le fait le plus vibrer : le cinéma. Pour le jeune Charles Kaznyk (Riley Griffiths) qui se rêve réalisateur, pas besoin de gros moyens pour tourner un film de zombies : une caméra, quelques copains, des maquettes, de l'imagition et beaucoup de "gains sur la production". J.J. Abrams semble faire de même, avec plus de moyens (certes) mais son âme d'enfant accompagné de sa maitrise d'adulte nous offre un spectacle saisissant. 

 

http://images.allocine.fr/medias/nmedia/18/78/07/83/19758335.jpg

 

Le casting essentiellement composé de jeunes ados nous ramène vite à nos premiers frissons devant la toile. Très professionnels malgré leur jeune âge, Joel Courtney, Riley Griffiths, Ryan Lee, Gabriel Basso et Zach Mills, vite rejoint par la talenteuse Elle Fanning (Somewhere), nous bluffent tout en nous faisant rire de bout en bout. Entre amitier et premier amour, cette bande qui en soit n'a rien d'extraordinaire, fera preuve d'un grand courage qui leur fera vivre une aventure extraordinaire. Mais ce n'est pas tout puisque le long-métrage aborde aussi pudiquement de multiples sujets bien réels : le deuil, la concurrence, différentes relations parents-enfants... permettant de nous offrir un scénario riche et réaliste. Timidement, au milieu de ce beau monde, se glissent les personnages adultes de Jackson Lamb (Kyle Chandler), à la double casquette de père et flic, Louis Dainard en père perdu et dépassé (Ron Eldard) et le méchant colonel Nelec (Noah Emmerich).

On note tout de même un petit bémol. Le suspens est bien mené, l'action bien construite, mais une fois le mystère révélé au spectateur tout retombe un peu comme un soufflé raté. Heureusement, le réalisateur nous pousse à nous attacher à ses personnages et les effets spéciaux sont là pour nous tenir encore en haleine. 

 

http://s.excessif.com/mmdia/i/52/3/super-8-de-j-j-abrams-10480523tujqa_1731.jpg?v=1

 

La Super 8, pellicule de légende aujourd'hui en voie d'extinction, dépassée par l'ère numérique et technologique, prend ici sa revenche. Véritable hommage au cinéma, Super 8 éclipse finalement ses homologues du genre pour nous offrir dévinitivement un grand et bon moment de cinéma ! 

 

Starsblog50


Publié dans Critiques

Commenter cet article